Catégorie : livres pour la famille

Covid et privation de liberté : un livre pour en parler.

Covid et privation de liberté : un livre pour en parler.

Depuis mars 2020, je ne compte plus le nombre d’échanges que je peux avoir sur le questionnement de nos libertés individuelles, la protection des plus fragiles, les risques et les positionnements de chacun.

Je trouve que L’oiseau, l’enfant et le chat de Baptistine Mésange est un excellent moyen d’aborder la question. Que ce soit avec les adultes ou avec les enfants !

Protéger l’oiseau du chat, ou bien le laisser aller avec tous les dangers que cela comporte ?

Voici un album qui permet d’échanger et d’animer des débats philosophiques sur les thématiques de la liberté, de la bienveillance, sur notre relation à l’autre, notre posture de sauveur.

Ce livre promet des moments d’échanges et de réflexions intenses !

En 2020, nous sommes vraiment interpellés sur la place de nos libertés individuelles. Chaque pays suit une stratégie différente, de la Chine dont le gouvernement instaure un protectionnisme maximum, à la Tanzanie où le virus n’existe tout simplement pas, en passant par la Suède, où le gouvernement reçoit des critiques, des accusations « d’avoir laissé mourir les personnes âgées ».

Comprendre les choix de ces sociétés, de ces gouvernements, rentrer dans ces réflexions pour un enfant de 7 ans, c’est possible. Avoir un débat serein entre adultes, en mettant de côté ses convictions, c’est envisageable…

Une question philosophique est une question qui n’a pas de réponse. Mais ce n’est pas pour cela qu’il ne faut pas en parler, la laisser de côté. Au contraire, il semble qu’elle soit essentielle. Si une part appartient à chacun de savoir jusqu’où nous devons aller pour protéger l’autre, échanger nos points de vue est essentiel !

Ce livre questionne de façon philosophique sur la liberté, le vivre ensemble, l’amour, l’amitié, la bienveillance, la confiance, les peurs, l’entraide, l’écoute, la mort.

Bonne lecture, et bons échanges !

Un avis sur « Plus belle sera l’aurore »

Un avis sur « Plus belle sera l’aurore »

Patrice Bride, rédacteur de Dire Le Travail chronique régulièrement des ouvrages de travailleurs et travailleuses.

Voici ce qu’il écrit ici concernant « Plus belle sera l’aurore » de Tiphaine Devalière :

À quoi s’attendre en ouvrant un livre sous-titré « Journal de bord d’une soignante » ? Des descriptions des tâches à accomplir auprès des malades ? des considérations sur les conditions qui les rendent plus ou moins difficiles, plus ou moins possibles dans un hôpital aujourd’hui ? des explications sur les compétences à maitriser ou les qualités indispensables pour assurer les soins ? Rien ou presque de ce genre dans ce livre. On ne voit que très peu les collègues, des relations de travail, les gestes techniques, il n’y est pas question d’horaires, de charge de travail, encore moins du statut ou du salaire. Et pourtant, ces textes nous font pénétrer au vif du travail, au sens le plus fort du mot quand il est en question de souffrance et de mort. Ce sont des notes, peut-être quotidiennes, assez brèves, sans fil conducteur, dont l’accumulation finit par constituer un tableau saisissant du travail de leur auteur. Le style confine au langage poétique, moyen privilégié de saisir et de partager des affects, des sentiments.

Retrouvez l’intégralité de la chronique sur Medium.

Comment parler de la mort à son enfant : trouver un livre.

Comment parler de la mort à son enfant : trouver un livre.

Lorsque l’on perd un être cher. 

Perdre un être cher, un proche est un moment de vie dont il faut prendre soin. Prendre le temps d’échanger, de partager. Pour certains enfants, l’étape semble facile, pour d’autres, c’est une étape plus difficile à vivre. 

Dans ces moments-là, nous ne trouvons pas toujours les ressources pour parler à son enfant. Échanger sur la mort, c’est échanger sur la vie, et, parfois, nous n’avons pas les mots. 

Comment parler de la mort à son enfant ? 

Au delà des livres qui sont de formidables vecteurs d’échange, de partage, et permettent d’aborder des points de vue sur ces sujets sensibles, il suffit, parfois, de passer du temps, de rester là, proche de son enfant. L’inviter à parler, ou bien être simplement présent et partager ses silences. 
Lui demander « C’est comment pour toi ? Ça se passe comment dans ta tête ? ». Laisser le temps, parler de nos propres doutes et de nos croyances, et faire chemin auprès de lui. 

Parler de la mort à un enfant est un sujet profond, intime, qui est un lien unique entre la personne et l’enfant.  N’ayons pas peur d’aborder ce sujet en toute simplicité, avec ce que nous sommes, et nos ignorances. 

Un bel article sur Naitre et Grandir : aider la enfants à comprendre la mort 

Trouver un livre pour
 parler de la mort à son enfant.

Deux histoires à propos de la mort, de la disparition de l’être cher. 

Une bulle dans l’oreille est un très beau conte, à partir de 4 ou 5 ans, pour aborder ce thème de la mort et la disparition d’un être cher. Sigismond est un petit garçon de huit ans qui ne s’imagine pas ne plus prendre de bain magique avec sa mamie bulle. Pourtant… 

Sigismond passe par les différentes émotions que suscite le perte d’un proche : la tristesse, la colère, l’incompréhension de ce qu’est la mort, avant de comprendre que sa mamie bulle vit encore en lui, à travers lui. Il s’apaise alors peu à peu, jusqu’à se sentir léger comme… une bulle de savon !

 

Une bulle dans l'oreille

Ce conte sur la mort est écrit par Alexandra Lucchesi et illustré par Laura Hedon.

Il fait partie du livre :    

Le Panse coeur – Tome 1
Manuel de secours à l’usage des jeunes personnes.

Veillons aux blessures de nos enfants, prenons-en soin, soyons attentifs à ces moments de vie, ces « rites » de passage, étapes parfois difficiles de leur vie. 

Le Panse coeur

9782371760882
14,50 €

La robe invisible est un autre conte qui aborde ce thème de la mort avec douceur. Un jour, un mauvais jour tout gris, la mamie d’Amandine tomba malade. Ce n’était pas un rhume ou une petite bronchite de rien du tout. C’était un peu plus grave… 
Au delà de la mort, ce conte aborde les non-dits autour du mourant, la vérité que nous nous cachons, pour éviter de parler, d’en parler. La mamie va pourtant parler de sa présence invisible, une fois qu’elle sera partie. 
La robe invisible

Ce conte est écrit et illustré par Aline de Pétigny. Vous le retrouverez dans l’album : 
La princesse et la bergère

La princesse et la bergère
et deux autres contes

Ce premier album de la maison d’édition fait partie de nos meilleures ventes. Le deuxième conte, « La robe invisible » est sur le deuil. Un livre à lire à partir de 4 ans. 
La princesse et la bergère
9782915125283
12,00 €
Mots clefs et recherches à propos de ces livres et contes :

– Conte pour parler des proches, des êtres qui nous sont chers. 
– Conte pour échanger sur la vie, et la mort, ce (ceux) qui reste(nt).
– Conte pour parler de la mort à son enfant. 
– Perdre un être cher, en parler. 
– Après la mort, il y a quoi ? 

La petite soeur de virgile : la mort périnatale

Le prince des milles et une vies : La ré-incarnation. 

Le secret de Fatima : Maladie, patience, mort. 

Autre livres et histoires autour pour parler de la mort avec les enfants : 

L’arbre sans fin de Claude Ponti
La découverte de Petit-Bond de Max Velthuijs
Au revoir Blaireau de Susan Varley

Un autre article et  autres lectures sur Pomme d’Api.


 

 

Editions pour penser à l’endroit – www.pourpenser.fr
Les 12 histoires du confinement…

Les 12 histoires du confinement…

A l’occasion du confinement, comme les salons me manquaient, je me suis mis à raconter quelques histoires, à raison de 2 rendez-vous hebdomadaires.
Au total ce sont 12 histoires que j’ai racontées, seul face à la caméra.
Un grand merci aux auteurs et autrices qui m’ont ainsi permis d’interpréter librement ces histoires.

Patate le dragon

une histoire de Stéphanie Léon à découvrir sur le site

La tache rouge

une histoire de Pierre Hédrich, illustrée par Galou, à découvrir sur le site

Tom et Rico

une histoire de Galou, à découvrir sur le site

Le jardin partagé

une histoire de Sandrine Marie-Simon, illustrée par Philippe Gaufreteau, à découvrir sur le site

L’objet magique

une histoire de Gwenaëlle Doumont, illustrée par Céline Claire, à découvrir sur le site

Il y a des jours…

où tout ne se passe pas comme prévu, et là je parle de l’AMEL 2020
Art-mella en parle également très bien ici sur son blog.

Mademoiselle dans la lune – extrait du Panse cœur

une histoire d’Alexandra Lucchesi, illustrée par Laura Hédon, à découvrir sur le site

Histoire de temps

une histoire de Galou, à découvrir sur le site

Super Oui, Super Non

une histoire de Bénédicte Rivière illustrée par Coline Citron, à découvrir sur le site

Aloe le magnifique

une histoire d’Aline de Pétigny à découvrir sur le site

« Moche » Charlie et Belinda

retrouvez toute la collection des histoires de « Charlie et Belinda » imaginées et illustrées par Joëlle Debraux sur le site de Pourpenser.

Le vieux, vieux monsieur du 33e étage

une histoire de Coralie Saudo, illustrée par Raphaëlle Michaud

Editions pour penser à l’endroit – www.pourpenser.fr
Osez vous fier à votre intuition !

Osez vous fier à votre intuition !

Tout d’abord un grand merci au réseau « Entrepreneurs d’avenir » sans qui nous serions passés à côté de cet article de Capital.

Car « Osez vous fier à votre intuition », ce n’est pas nous qui le disons, mais Céline Deval dans cet article publié sur le site de Capital. Un article où elle cite des entrepreneurs tels que : Jack Welch, Pierre Kosciusko-Morizet, Thierry Boiron, Edouard de Broglie, Tristan Farabet, Ray Kroc, Bertrand Collomb et des consultants spécialisés sur le sujet : Christophe Haag, Ricardo Croati, Vanessa Mielczareck ou encore Nicolas Dugay.

Un article que Céline Deval conclut par :

« La meilleure décision se prend en combinant raison et intuition. Une approche qui vous aidera aussi à convaincre votre équipe. Difficile, en effet, de révéler que vous avez opté pour un projet après avoir entendu «une petite voix». Mieux vaut évoquer des arguments rationnels… même si, en réalité, c’est votre intuition qui vous a guidé. »

Ici, dans notre maison, non seulement nous revendiquons cette part intuitive et émotionnelle dans nos choix, mais en plus, nous la cultivons et éditons des livres sur le sujet !

Et à propos d’intuition, voici trois livres qui pourraient vous intéresser  :

La petite voix d’Honoré (Aline de Pétigny)

L’intuition est le sujet central de cet album où le héros commence à trouver curieux le nombre de signes qui se multiplient pour l’inviter au voyage. Ira-t-il au bout ? Ecoutera-t-il sa « petite voix » ?

Octave et Rose (Chrystele Huteau et Lise Daulin)

Octave a une petite voix et elle s’appelle Rose…
Mais pour sa copine Vanille, c’est n’importe quoi ! En plus, le rose, c’est pour les filles, tout le monde le sait !
Octave va argumenter et démontrer à son amie que l’on peut être un garçon, être sensible et aimer le rose.
Une petite histoire pour toutes celles et tous ceux, petits et grands, qui pensent encore que le rose est pour les filles et que les petites voix n’existent pas.

Reconnaître ses vraies richesses (Aline de Pétigny)

Ecrit sous la forme d’un dialogue entre une fée et un enfant, ce livre aborde des thèmes tels que l’intuition, le don, les talents, les émotions…
“Reconnaître ses vraies richesses” est un livre à mi-chemin entre conte de fée et guide de développement personnel. La fée apporte des réponses tout en indiquant que ces réponses sont le fruit de son expérience ou de ses croyances. La fée invite surtout l’enfant à vérifier, à essayer, à trouver son propre chemin.
Par exemple, à propos de la colère, la fée indique : “Elle nous oblige à nous poser des questions, à réfléchir”.

Editions pour penser à l’endroit – www.pourpenser.fr
Thème : Overlay par Kaira. Hébergement Yunohost
www.pourpenser.fr