Catégorie : Actualité

L’édition indépendante en région…

L’édition indépendante en région…

L’édition indépendante en région était le thème de l’échange auquel j’ai eu le plaisir de participer le 2 juin 2021 dans le cadre des rencontres professionnelles du livre en pari co-organisées par l’association des éditeurs des Hauts-de-France et l’AR2L Hauts-de-France.

Ce fut l’occasion de parler des collectifs régionaux, de la diffusion, de la relation avec les auteurs et autrices, de politique régionale du livre, de la relations avec les libraires, d’écologie et bien d’autres choses, dont la toute récente fédération des éditions indépendantes (voir les articles dans Livres Hebdo et Actualitté). Des sujets sur lesquels Pourpenser s’implique depuis sa création en 2002.

Merci aux structures organisatrices et à Tara Lennart (la voix de Bookalicious) pour l’animation de ces échanges avec Galia Tapiero de Kilowatt éditions, Yves Michel des éditions Yves Michel et Le Souffle d’Or et Esther Merino des Editions Les Monédières.

Lors de telles discussions, je me rends compte à quel point nous pouvons partager des préoccupations communes tout en ayant des méthodes et des choix éditoriaux très différents. Cette diversité est riche : il nous faut la cultiver. La monoculture est dangereuse, vive la bibliodiversité !

Retrouvez l’ensemble des rencontres professionnelles du Livre en pari sur le site des éditeurs des Hauts de France

31 mai -> 4 juin : rencontres professionnelles autour du livre

31 mai -> 4 juin : rencontres professionnelles autour du livre

Suite à l’annulation du salon Livre Paris 2021, l’association des éditeurs des Hauts-de-France organise, en collaboration avec l’AR2L Hauts-de-France, un événement du 28 mai au 11 juin 2021 : le Livre en Pari.

https://static-cdn.jtvnw.net/jtv_user_pictures/0f9f7f21-5b70-45d1-bcff-9ca973d2e510-profile_banner-480.png

Lors des rencontres professionnelles de nombreux sujets seront abordés parmi lesquels :

Le 31 mai :

  • L’impact de la crise sanitaire sur la chaîne du livre (9h30 – 11h30).
  • La question écologique dans la chaîne du Livre (14h – 16h).
  • L’avenir du salon du Livre de Paris (16h30 – 18h30).

Du 1er au 4 juin : l’édition dans tous ses états :

  • Les relations entre les auteurs et les éditeurs (1er juin, 10h-12h).
  • L’édition indépendante en région (1er juin, 14h-16h).
  • Les relations entre les imprimeurs et les maisons d’édition (3 juin, 14h-16h).
  • La relation éditeurs / librairies / librairies-papeterie-presse : Le livre en circuit-court (4 juin, 10h-12h).

J’aurai le plaisir d’y intervenir le 1er juin sur la question de l’édition indépendante en région j’y représenterai Pourpenser ainsi que mes confrères et consœurs du Coll.LIBRIS, le collectif des éditeurs en Pays de la Loire.

Je crois que j’aurai un peu de mal à parler ancrage territorial sans aborder les questions du lien social et de la nécessaire attention portée à l’environnement… à moins que le stress de la camera en direct me fasse perdre l’ensemble de mes moyens 🙂

Si ces sujets vous intéressent vous pourrez les suivre sur la chaine Twich créée pour l’occasion.

Une semaine à se regarder le nombril…

Une semaine à se regarder le nombril…

Cette dernière semaine d’avril 2021 a été l’occasion pour toute l’équipe de Pourpenser de prendre le temps de se pencher sur qui nous sommes et d’imaginer ensemble les prochaines étapes. Alors oui, ça peut nous faire penser à notre ami le dragon imaginé par Stéphanie Léon, mais comme aurait pu le dire Paracelse « Tout est une question de dose », et prendre le temps de l’introspection est quelque fois nécessaire tant à titre individuel que collectif.

Bientôt 20 ans que nous avons créé la maison d’édition avec Aline. Une vingtaine d’années d’essais, d’erreurs, d’expériences, de succès, d’interrogations et de persévérance.

Aline avec son intuition, son élan créatif et une capacité à mémoriser les chiffres qui m’a toujours impressionnée, moi avec ma curiosité insatiable, mes questions permanentes et mon expérience de la bulle internet.

Tout au long de ces années de nombreuses personnes sont venues participer au projet et il est possible que notre élan, nos multiples projets en cours ou notre organisation intuitive en ait déconcerté ou épuisé plus d’une. D’un autre côté il me semble que ces expériences partagées nous ont toutes et tous fait grandir. Si en lisant cela, tu te reconnais et a envie d’en parler, n’hésite pas à m’envoyer un email.

Aujourd’hui, l’idée est de voir comment nous continuons à faire grandir Pourpenser tout en permettant à d’autres personnes de se sentir totalement partie prenante de l’aventure.

Comment pouvons-nous organiser le projet pour accueillir d’autres humanités, d’autres talents, d’autres compétences tout en gardant une souplesse d’action et une capacité d’anticipation qui nous semblent essentielles ?

Quelles inspirations pour à la fois développer un vrai projet commun et célébrer la singularité de chacun·e ?

Comme je le disais lors de cet échange avec Nicole Gourmelon dans le cadre de l’université Jules Verne : malgré nos presque 20 ans, nous avons nettement plus de questions que de réponses ou de recettes à apporter.

Si vous avez des expériences, des pistes de réflexion à partager à ce sujet, n’hésitez pas à commenter ce billet : notre prochaine rencontre aura lieu début juillet.

Écologie du livre : votre point de vue de lecteurs et lectrices.

Écologie du livre : votre point de vue de lecteurs et lectrices.

Illustration : Joëlle Stauffacher – Extrait de Charlie et Belinda

Comme nous le rappelions dans un récent billet, la question des impacts écologiques et sociaux de notre activité fait intégralement partie de notre projet de maison d’édition.

Nous relayons aujourd’hui l’initiative d’un groupe de travail initié par Normandie Livre & Lecture (N2L) et qui appelle les lecteurs et lectrices à faire part de leurs habitudes et de leurs souhaits en matière d’achat et d’emprunt de livres.

Pour en savoir plus sur cette initiative.

Vous avez jusqu’au 3 mai pour répondre et inviter vos proches à participer à cette enquête.

Quelques voies pour repenser l’économie du livre

Quelques voies pour repenser l’économie du livre

Depuis la création de Pourpenser en 2002, nous avons, avec Aline, régulièrement défriché quelques chemins, tenté des expériences, proposé d’autres façon d’imaginer et surtout de vivre la « chaîne du livre » que nous préférons appeler la filière ou l’écosystème du livre.

Nous avons, par exemple, dès le départ fait le pari de la relation directe entre une maison d’édition et ses lecteurs et lectrices. Nos ventes en librairie ont toujours suivi la progression de nos ventes directes via notre site, les salons et festivals.

Nous avons également dès le début privilégié des tirages adaptés à nos ventes, réalisés au plus proche de nos lieux de stockage (à moins de 50 km) et sur des papiers labellisés ou recyclés. Afin de nous responsabiliser sur les ventes — et aussi, avouons-le, pour simplifier la gestion administrative — nous avons toujours calculé les droits d’auteur sur les quantités imprimées et non vendues.

Ces pratiques-là, et bien d’autres, je les aborde régulièrement lors de rencontres professionnelles (au Forum du livre et de la lecture organisé par Mobilis par exemple), ou lors d’évènement plus grand public comme le festival du livre de Mouans-Sartoux. Je participe par ailleurs à des associations telles que le Coll.LIBRIS (qui regroupe plus d’une trentaine de maisons d’édition en Pays de la Loire) ou L’Association pour l’écologie du livre créée en 2019 par un auteur et une libraire, Marin Schaffner et Anaïs Massola.

2020 : coup d’accélérateur et prises de paroles.

Est-ce le ralentissement forcé du confinement ? Une cristallisation des questionnements ? Une chose est certaine : depuis quelques mois, nous pouvons noter que les sujets des impacts environnementaux et sociaux du livre intéressent de plus en plus. Et tant mieux !

Si ces questions vous intéressent, je vous invite à vous procurer l’excellent livre co-édité par Double ponctuation et l’Alliance internationale des éditeurs indépendants dans la collection Bibliodiversité.

L’ouvrage dresse à ma connaissance le panorama le plus complet réalisé jusqu’ici sans tomber dans les raccourcis faciles et les solutions qui ne s’appliquent qu’à une minorité.

Dans ce livre, en plus de nombreux chiffres, ce sont des pistes, des témoignages, des éclairages qui nous sont partagés. En d’autres circonstances, ce livre aurait pu être le résultat sous forme papier de plusieurs jours de rencontres dédiés à la question : « Quels livres pour demain ? ».

Si les aspects économiques et environnementaux sont abordés, les notions sociales et culturelles sont également largement présentes car le livre avant d’être un objet physique est un outil de partage, de médiation.

Ce livre permet également de sortir du regard hexagonal en donnant la parole à des projets comme Écosociété (Québec) ou Amotape Libros (Pérou), ou faisant un point sur les annonces et pratiques des « Big 5 » .

A titre personnel, je regrette d’avoir manqué l’appel à contributions, mais j’ai eu le plaisir de retrouver au cours de ma lecture Thomas Bout des éditions Rue de l’échiquier qui revient rapidement sur l’initiative des éditeurs écolo-compatibles initiée en 2009, Angela Léry et Sarah Hamon des éditions La Cabane bleue, membres comme nous du Coll.LIBRIS, ou Marion Carvalho et Charles Hédouin que nous soutenons pleinement dans le projet Livr&co.

2 écoles à naître en septembre…

2 écoles à naître en septembre…

Chez Pourpenser nous aimons soutenir celles et ceux qui passent à l’action avec des projets joyeux et riches de sens. Des projets qui nous invitent à créer du lien et grandir ensemble.

En ce début d’année, 2 associations porteuses de projet d’écoles qui se sont présentées à nous.

L’une proche de Rennes : l’association Graines de joie qui porte le projet d’une école alternative et inclusive au cœur de la nature.

L’autre entre Nantes et Angers : l’association « Si on veut » qui porte le projet d’une école démocratique pleine nature : « Aux chants des oiseaux ».

Il y a certainement d’autres projets d’écoles qui se préparent ainsi à voir le jour (n’hésitez pas à les indiquer en commentaire) mais ces deux là nous touchent plus particulièrement pour deux raisons :

  • Leur localisation géographique est proche de nous (la majorité de l’équipe de Pourpenser est dans un triangle Angers/Nantes/La Roche sur Yon).
  • Permettre aux enfants d’apprendre au plus proche de la nature est pour nous essentiel.

Pour en savoir plus, nous vous invitons à regarder les vidéos de présentation :

LIEN VERS LA CAMPAGNE POUR SOUTENIR GRAINE DE JOIE

LIEN VERS LA CAMPAGNE POUR SOUTENIR AUX CHANTS DES OISEAUX

Aline de Pétigny, Une éditrice pleine d’optimisme.

Aline de Pétigny, Une éditrice pleine d’optimisme.

 

Connaissez-vous Peps, le magazine de la parentalité positive ? 

https://pepsmagazine.com/

Une bonne dose de peps dans ce magazine qui vous aidera au quotidien à accompagner petits et grands avec bienveillance en vous donnant des pistes multiples.

Une magnifique idée mise en œuvre par Catherine Dumonteil Kremer.

PEPS est un magasine que nous apprécions pour ses chroniques, ses articles (très) approfondis, études scientifiques, BD, interviews, témoignages…. Bref une bonne dose de vitamine pour se recharger, s’inspirer avec des pistes de réflexion pour vivre une vie de famille  épanouissante, créative, riche et stimulante !

Dans ce numéro 29 – peps magazine, un long article d’Anne-Marie Bosems que nous retranscrivons ici. 

Portraits de femme qui changent le monde.

Aline de Pétigny,
Une éditrice pleine d’optimisme !

Aline de Pétigny écrit depuis plus de trente-cinq ans. Il y a vingt ans, après avoir écrit et illustré La princesse et la bergère et deux autres contes, elle a décidé de s’auto-éditer, pensant intuitivement qu’il ne serait pas pris chez des éditeurs. Deux ans après, avec son frère Albert, elle a créé la maison d’édition Pour penser.

 

Aline de Pétigny 2019

 
Je suis sortie de l’école à 16 ans et 30 secondes. Notre frère aîné avait un magazine, et je me suis occupée de la mise en page et de la saisie de texte pour ce magazine. Puis j’ai été maman assez tôt, avant 18 ans mon premier fils était né, le second est arrivé trois ans plus tard. À 21 ans j’avais donc deux fils, mes deux filles sont nées après. Je me suis alors dit que je voulais travailler chez moi et ne pas mettre mes enfants chez une nounou, je ne voulais pas de patron ni d’horaires. Je voulais aussi faire quelque chose que j’aime et gagner ma vie. Ce dernier point a été un petit peu long à venir, mais il est venu. J’étais prête à tout tant que ça correspondait à ces cinq points-là, ç’aurait donc pu être beaucoup de choses. Je suis partie sur différentes pistes et c’est l’écriture qui est restée, les autres se sont éteintes d’elles-mêmes, ce n’était pas les bons chemins.

Source

La maison d’édition est venue de mon souhait de ne pas être dépendante d’éditeurs pour m’exprimer à travers les livres. J’ai écrit des commandes pour d’autres éditeurs, mais mes propres textes, je ne voulais pas qu’on en bouge une virgule. J’ai eu l’expérience de mots qui ont été changés dans des textes sans qu’on me demande mon avis mais pour moi les nuances des mots sont importantes et certains ne peuvent pas être changés.

Après La princesse et la bergère, j’ai auto-édité Tout est possible (best-seller). Mais pour le troisième, La petite voix d’Honoré, je me suis dit que ce n’était pas possible, je ne pouvais pas continuer. J’étais auteur mais j’étais en train de vendre des livres et ce sont deux statuts qui ne sont pas compatibles. Avec un livre tous les trois ou quatre ans, ça aurait pu passer, mais pas un tous les trois ou quatre mois.

Lâcher-prise

Ma philosophie est basée sur le questionnement, et les remises en cause. Avoir assez confiance en soi pour ne pas prendre pour argent comptant tout ce qu’on nous dit. Par exemple, tout ce qui est technique de communication, ça ne me parle pas; alors oui, tout a été pensé, et peut-être bien pensé, mais si on ne modifie rien, c’est du prêt-à-penser. Et moi, j’ai besoin de remettre en question, quitte à revenir à ce qu’on m’avait proposé au départ parce que je suis arrivée à la même conclusion

après réflexion. Je n’aime pas l’obéissance, je préfère avoir un enfant désobéissant mais qui m’explique pourquoi il a désobéi. C’est vrai que l’obéissance est confortable pour celui qui ordonne, c’est pratique, mais un enfant ou un adulte qui obéit, est-ce que c’est un être pensant ?

Les enfants ont cette capacité à se questionner, qu’on peut malheureusement facilement étouffer en y mettant de la volonté.

Apprendre aux enfants à dire non, à remettre en cause, à réfléchir, certaines fois à savoir s’opposer à l’autorité, c’est un des plus grands services qu’on peut leur rendre.

Je comprends que remettre en question les acquis d’une société est difficile. Si je prends le sujet de l’école, on se contente de si peu pour un sujet si important ! On connaît des méthodes qui fonctionnent, il y a d’autres pays qui les utilisent. Mais on laisse en l’état. Je ne remets pas en cause les professeurs, mais la machine. Je trouve qu’il y a mieux à faire, que le sujet est important et vaste et riche, c’est tellement dommage !

Liberté

On fait notre part, comme le colibri, en accueillant des auteurs qui nous touchent, en se disant qu’ils peuvent aussi toucher les lecteurs, on ne peut pas déplaire à tout le monde… Il y a des choses sur lesquelles il est important de revenir, des choses simples, essentielles, comme prendre du temps. On ne laisse pas le temps aux enfants. À quel moment est-ce qu’on leur laisse du temps libre, et pas une heure par-ci par-là mais avec générosité ?

Il y a bien de petits changements, par exemple en 2000, quand je parlais de contes philosophiques pour les enfants, on me regardait avec une totale incompréhension. Contes philosophiques ça fonctionnait, contes pour enfants ça fonctionnait aussi mais pas les trois mots ensemble. 

J’avais des réflexions du style : « Vous croyez vraiment que les enfants peuvent comprendre ? » Aujourd’hui il y une vraie évolution, c’est un concept sur lequel tout le monde est d’accord depuis quelques années déjà, même si je sais qu’on a un lectorat particulier et qu’on n’atteint pas toute la population.

La société évolue, de là à dire qu’elle change… Je ne vois pas ce qu’il faudrait pour la changer sauf si tout s’écroule et qu’on peut reconstruire.

Ça fait cinquante ans que j’observe l’école, j’y ai été parent d’élève pendant trente-trois ans et c’est plus ou moins toujours la même chose.

On n’a pas eu de vrai projet au départ, on a fait quelque chose, on s’est dit que ça durerait le temps que ça durerait, et ça continue. Bien sûr, la maison d’édition a beaucoup de projets, on est à l’écoute de ce qui arrive, et si c’est le bon moment et la bonne chose, ça se fait assez facilement. Je suis pour la loi du moindre effort, quand les choses doivent se faire, elles se font facilement. Quand il faut mettre plein d’énergie dans quelque chose, pour moi, c’est que ce n’est pas le bon moment. C’est un fonctionnement qui me va. Je pense qu’une des économies d’énergie qu’on à à faire, c’est par rapport à soi-même – c’est-à-dire savoir s’écouter, Se ressourcer, à chacun de trouver quelles sont ses ressources pour reprendre de l’énergie. 

Intuition - carte paroles de fée

Je m’appuie beaucoup sur mon intuition. Un jour, quelqu’un m’a dit : « Mais il faut une grande sécurité intérieure pour écouter son intuition. » Il faut surtout avoir la confiance naïve d’un enfant, ne pas chercher à comprendre ou à analyser. On ne peut pas être raisonnable avec son intuition, l’intuition et la raison sont deux choses opposées. Si l’on se trompe, on se trompe, et ce n’est pas grave. Mais personnellement ça m’a toujours réussi dans beaucoup de domaines.

Vers 2010/2011, nous avons eu un moment de découragement lié à une usure au niveau financier. On ne peut pas tout faire, on ne peut pas porter tous les projets sur une année, donc on est obligé de reporter d’un an. Là, on commence à remplir notre planning pour 2022. C’est un peu frustrant, même si on a toujours réussi à sortir les titres qu’on voulait.

Oser

Ce qui me fait vibrer, c’est le lien à moi-même, le lien aux autres et le lien à la nature – avoir des liens de qualité. À quelqu’un qui n’ose pas agir, je dirais : « Écoute-toi, tu es ton meilleur ami, et puis ose, il vaut mieux oser que d’avoir le regret de ne pas l’avoir fait. L’argent est un outil, ce n’est pas une finalité. Trouve les compagnes et compagnons de route, tissez la bonne chose et les chemins s’ouvriront. N’hésitez pas à changer pour un temps et à revenir. »

Pour conclure, je dirais qu’il faut prendre du temps, écouter son intuition, on ne prend pas assez de temps pour ça, et aussi prendre soin du lien avec soi-même, car chaque pas que je fais vers moi me rapproche de l’autre. « 

 
 
 
 

 

Retrouvez la collection paroles de fée 9 livres et 1 jeu de carte sur https://pourpenser.fr/paroles-de-fee

Editions pour penser à l’endroit – www.pourpenser.fr
Pourpenser  en 2020 !

Pourpenser en 2020 !


Tout d’abord, un immense merci à chacun d’entre vous qui nous suivez, nous soutenez, et diffusez autour de vous !
Si, en 2020, nous atteignons notre majorité : 18 ans, c’est grâce à vous.
18 ans sera un peu notre fil rouge de l’année, année d’émancipation !
Il est grand temps d’oser et de prendre notre envol !
  • Gaëtan qui a travaillé plusieurs années pour la maison d’édition jusqu’en 2010, avant de partir voyager, revient parmi nous pour bichonner notre relation avec les libraires… Prochainement, nous vous proposerons d’aller faire un cadeau à votre libraire favori.
    Gaëtan va mettre aussi en place des propositions pour les écoles, plus particulièrement les APEL et les Amicales.
  • Marie-Line, avec nous depuis 2 ans déjà, passe à plein temps, et va mettre en place le réseau des Jardiniers et Jardinières magiques Pourpenser.
    Nous commencerons le réseau au mois de février.
  • Emmanuelle choisit de s’investir avec nous dans les relations de presse, les partenariats web et blogueurs.
  • Joëlle, auteure de la collection des Charlies et Belinda, va nous aider pour un site multilangue. Car si tout se passe bien, au printemps, nos livres seront disponibles en Amérique du Nord et au Canada.
  • Galou, également auteure, va nous aider à reprendre la parution de manière régulière de « Pense à Sourire », le magazine gratuit en ligne de la maison d’édition.
  • Albert et Dominique changent nos outils numériques, mais à notre image. Un projet informatique libre et collaboratif : OpLibris. Nous prenons la résolution de choisir en priorité les solutions OpenSource pour notre gestion quotidienne.
  • Athena présente à nos côtés depuis l’enfance s’occupe des maquettes depuis quelque temps déjà et prend soin du lien avec les autrices et auteurs de la maison : du projet jusqu’aux dédicaces sur les salons.
  • Quant à Aline, 18 ans qu’elle a co-créé la maison d’édition, elle souhaite rester en lien avec ses 5 ans 1/2. Toujours plus d’idées, toujours plus de création, toujours plus d’engagement dans le choix des projets !
Bien sûr, nous continuerons tout au long de cette année à être présents et à sillonner la France pour aller à votre rencontre, passer des moments précieux de partage.
Merci à vous tous !
Chaleureuse Année !

Aline, Albert, Athena, Dominique, Marie-Line, Gaëtan, Emmanuelle, Joëlle, Galou…
Editions pour penser à l’endroit – www.pourpenser.fr
14 bougies et des milliers d’amis !

14 bougies et des milliers d’amis !


En ce mois d’octobre 2016, nous fêtons les 14 ans de notre maison d’édition.

14 ans, ce n’est pas un chiffre assez rond pour faire une fête, nous attendrons donc l’année prochaine 🙂


Ceci dit, un anniversaire est un bon prétexte pour s’arrêter un instant, jeter un oeil dans le rétroviseur, faire le point et surtout remercier toutes celles et ceux qui nous ont accompagnés jusqu’ici.


En 14 années, nous avons eu des hauts, des bas, mais surtout de très beaux moments  d’échanges.


En 2010 et 2014, nous avons sollicité votre aide et vos soutiens financiers : à chaque fois, vous avez été suffisamment nombreux et généreux pour permettre à la maison de poursuivre son activité. Une activité que nous souhaitons cohérente tant sur le fond que sur la forme en imprimant localement et en veillant à maintenir une empreinte environnementale aussi faible que possible.


Merci.


Aujourd’hui, alors que nous venons de passer la mi-octobre, nous savons que l’année 2016 sera l’année où nous aurons vendu le plus de livres.


Nous avons la semaine dernière atteint le chiffre d’affaire réalisé en 2015, alors même qu’il nous reste à venir les deux plus gros mois de l’année.


Il y a le succès des BD d’Art-mella, mais cela n’explique pas tout : l’ensemble du catalogue connaît une progression de ses ventes. Jamais nous n’avons autant vendu de livres en librairie, jamais nous n’avons eu autant de ventes sur le site et en salon.


S’il y a 14 ans, nous nous disions : “nous verrons bien si ces sujets résonnent ici et là”, aujourd’hui nous avons ce doux sentiment d’être au bon endroit, au bon moment.


Les mots contes philosophiques, bienveillance, questionnement, empathie, résilience, bonheur sont aujourd’hui utilisés régulièrement en lien avec l’enfance et l’éducation.


Alors oui… peut-être n’est-ce qu’un biais cognitif… Mais à regarder nos ventes, non, c’est bien réel et, aujourd’hui, pour la première fois en 14 ans, nous commençons à sortir de notre cercle habituel et à toucher un plus large public.


Nous profitons donc de l’occasion pour vous remercier, vous qui nous suivez depuis de nombreuses années, et pour accueillir toutes celles et ceux qui nous découvrent depuis quelques semaines ou quelques mois.


Un grand merci à vous et à très bientôt pour la suite de l’aventure.

Aline, Albert et Dominique
Editions pour penser à l’endroit – www.pourpenser.fr
Bonne année !

Bonne année !

Nous vous souhaitons 
Une bonne année 
2013 !
En cliquant sur l’image, vous pouvez télécharger la version imprimable de ce flip-flap de bonne année réalisé à partir des extraits de quelques livres de la maison.
bonne année, carte de voeux, flip-flap, pdf gratuit à télécharger, treizolie année, voeux, 
Editions pour penser à l’endroit – www.pourpenser.fr
Thème : Overlay par Kaira. Hébergement Yunohost
www.pourpenser.fr