Et si nous quittions les GAFAM main dans la main ?

Lors de notre dernière lettre d’information, j’ai glissé un petit questionnaire vous invitant à dire les réseaux sociaux que vous utilisez le plus.

Ce qui ressort de cette mini enquête (78 réponses à l’écriture de ce billet) c’est que Youtube et Facebook sont très largement en tête avec plus de 60 % chacun (plusieurs réponses étaient possibles) arrivent ensuite au coude à coude Instagram et Pinterest autour de 25 %.

Illustration Adélaïde Ronxin – Extrait de « Dis, raconte, comment ça marche ? »

Les réseaux sociaux décentralisés et s’appuyant sur des logiciels libres comme Mastodon et Diaspora ne concernent que 5% et quant à Peertube, une intéressante alternative à Youtube, il semble totalement inconnu.

Par contre la question : « Savez-vous ce qu’est un réseau social libre et décentralisé » ? recueille tout de même 25 % de « oui ». Il y a donc (sans grand surprise), une grosse différence entre savoir que des outils libres et décentralisés existent et les utiliser.

La surprise

La vraie surprise de ce petite sondage vient de la dernière question : « Avez-vous envie que Pourpenser vous en dise plus sur ces outils« .

Je m’attendais à 50% « pourquoi pas » alors que vous êtes plus de 75 % à répondre « Oui, avec plaisir » et moins de 25 % à dire « pourquoi pas ». Seule une personne à ce jour a répondu qu’elle n’était pas intéressée. Bon… j’en déduis que les autres personnes non-intéressées n’ont de toute façon pas répondu au questionnaire 🙂

En maintenant, qu’allons-nous faire ?

Si vous le souhaitez, vous pouvez continuer à répondre au questionnaire, cela permettra de voir si la tendance que nous observons avec ces premières dizaines de retours se maintient.

Je vais pour ma part, profiter de mon biais de confirmation pour intensifier le chemin de la dégafamisation déjà bien entamée chez Pourpenser et voir comment faciliter ce voyage pour d’autres personnes et entreprises créatrices de contenu.

Il existe une « loi » informatique appelée « Loi de Metcalfe » disant que l’utilité d’un réseau est proportionnelle au nombre de ses utilisateurs (en clair : une fois qu’un réseau à beaucoup d’utilisateurs il est compliqué de s’en passer) mais cette loi ne dit rien de paramètres tels que :

  • Le degré de confiance dans l’infrastructure du réseau. (À qui appartient le réseau ? Est-il sûr ? Que deviennent mes données ?)
  • La qualité de l’information qui circule sur ce réseau (Comment les algorithmes choisissent pour moi ?)
  • La capacité de ce réseau à s’interconnecter à d’autres réseaux.

Je ne vais pas entrer dans plus de considérations techniques ici 🙂 mais une chose me semble évidente dans le monde actuel : il est essentiel de se poser des questions sur les outils que nous utilisons pour nous informer et pour transmettre de l’information et de la connaissance.

Nous pouvons tout à fait vivre sans technologie informatique. L’humanité s’en est passée pendant des millions d’années. Ecrire, imprimer et proposer des livres peut tout à fait se faire sans l’aide d’ordinateurs. Nous pouvons, comme le proposent Julia Laïnae et Nicolas Alep dans Contre l’alternumérisme s’extraire totalement du numérique (une option qui n’est pas pour me déplaire).

Ceci étant, nous pouvons aussi regarder comment « faire au mieux » avec ce que nous avons là, aujourd’hui, sous la main. Et c’est dans ce sens que nous souhaitons pour le moment porter notre réflexion et nos actions en ce domaine.

3 commentaires sur « Et si nous quittions les GAFAM main dans la main ? »

  1. Retrouvez-nous sur : Facebook • Twitter • Instagram • Mastodon
    Videos et sons sur :

    Youtube
    Peertube
    Funkwhale

    Comment dit on « faux cul » dans votre langue?

    1. Dis donc Steve, penses-tu être le mieux placé pour venir nous faire la morale ? 🙂 Penses-tu vraiment avoir toujours été parfait avec la marque que tu as créé ?
      Plus sérieusement Gecok60609, nous sommes comme beaucoup, parfaitement imparfait, mais « faux cul » je ne prends pas.
      Nous sommes tout simplement « en chemin » : en 19 ans nous avons fait pas mal d’essais, pas mal d’erreurs, mais également des choses plutôt chouettes.
      Réussir à faire tenir en équilibre une petite maison d’édition, à faire parler des livres que nous confient leurs auteur·e·s, à toucher régulièrement de nouvelles familles lectrices (car oui, des enfants ça grandit) tout en veillant à garder une forme de cohérence demande effectivement à faire des choix.
      Assurez-moi les revenus suffisants pour 5 ans à l’ensemble de l’équipe et aux principales auteures de la maison et alors oui, nous quittons de suite l’ensemble des GAFAM qui nous permettent de toucher du public pour petit à petit recréer du lien dans la Fédiverse. En attendant, nous essayons de faire au mieux, comme nous l’expliquions dans ce billet de décembre.

      1. Merci pour votre engagement & vos essais. C’est très courageux 🙂
        & bien sûr qu’il est nécessaire que votre maison d’édition soit aussi présente sur les réseaux où se trouve votre public potentiel & même celui déjà acquis !
        Votre démarche d’expérimenter des alternatives est inspirante & vous faites votre part d’une manière très authentique donc pour tout cela merci.

Laisser un commentaire

Votre adresse e-mail ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *

Thème : Overlay par Kaira. Hébergement Yunohost
www.pourpenser.fr