Catégorie : Téléchargement

Tu as fait de moi…

Tu as fait de moi…

#ffa400;">Tu as fait de moi…

#ffa400;">
#ffa400;">un poème d’Aurélie Françoise#ffa400;">, auteure et photographe accompagnée d’une peinture sur bois sculpté de #ffa400;">Maiwenn Coatanea « Danse les âmes ».

#ffa400;">_____________

Une marraine,

Ma reine, exactement 

c’est comme cela que je me sens,

lorsque dans mes bras je te prends.


Je suis riche de toi,

du choix de tes parents,

de tes sourires,

de tous ces moments,


Dans le bruit de la ville

Ou à travers champs, 

où nous avons tissé le fil

Grandissant,

de notre complicité,

depuis que tu es né.


Marraine,

marin

reine et puis rien…


Je n’y suis pour rien de ta naissance

mais je suis en charge de ton aisance

dans la vie, 

dans le jour et dans la nuit,

au creux de la vague comme au firmament,

je leur ai promis

à eux tes parents

d’être là, pour toi, un peu,

mais pas trop à la fois

juste assez pour les remercier,

eux,

ces fous qui m’ont aimée, 

assez pour partager

un peu de ton éducation,

eux,

ces fous qui m’ont laissé

embarquer sur leur voilier

direction l’horizon,

eux,

ces fous qui m’ont fait confiance,

sur la mer qui balance 

pour naviguer  

avec eux

auprès de toi


ce sentiment 

construit au fil du temps,

mêlé de confiance et d’accordance,

lui qui n’a ni nom ni de dessin

qui n’est ni amour, ni amitié

entre discrétion et proximité,

ce petit plus, cette fierté


ce sentiment si grand,

qu’il mérite bien

que pour lui soit inventé

un mot doux et coloré,

comme une invitation au voyage,

pour le chérir et l’honorer,

le marrainage me plaît assez !


Extrait de :
Pense à sourire N°7

Découvrez les autres titres édités chez Pourpenser Editions sur la famille : 

Féminin Mahler,  l’histoire d’une naissance prématurée de 2 mois.
De tout ce qui va avec : les peurs, le choc, la bulle médicale, les ascenseurs émotionnels, les risques mais aussi les victoires.

Dis-moi d’où je viens, de Katia Belsito,  un album jeunesse poétique autour de la question existentielle de notre arrivée en ce monde. 

Et puis « La vie comme un voyage » qui me semble également bien résonner avec ce poème :

Editions pour penser à l’endroit – www.pourpenser.fr
Le soleil baissait à l’horizon…

Le soleil baissait à l’horizon…

#ffa400;">Le partage

#ffa400;">Texte d’introduction d#ffa400;">e Galou #ffa400;">du « Pense à sourire N°7« , sur le partage.

#ffa400;">_____________

La mer, d’un bleu profond dansait.

Je venais de passer dix jours en famille et je me rendais compte qu’à aucun moment, je n’avais pu savourer leur présence… pourquoi ? je n’étais pas disponible, j’avais besoin d’espace ! Pourtant c’est moi qui les avais invités ! j’étais la seule responsable,  responsable de mes choix, choix que je n’assumais pas… 

À réfléchir sur le sujet du partage, j’en venais à me dire que je n’y connaissais absolument rien, ou du moins j’en avais l’impression… Je me sentais emmurée dans une tour dont je ne trouvais pas la sortie ! Alors, de là à établir une relation avec les autres… cela m’était juste impossible ! 

J’avais besoin de me retrouver ou plutôt de me trouver, de me découvrir dans la solitude. Être face à moi-même m’apaisait. J’avais besoin de m’effacer, de regarder la cime des pins, me fondre dans les vagues et oublier. Oublier les complexités de ma vie intérieure, me reconnecter. Découvrir cette solitude m’apportait un profond réconfort, une simplicité… 

Pas de nourriture à préparer, pas de choses à penser, pas de discussion à entretenir, juste me laisser vivre, suivre mes élans, me reconnecter à la créativité que j’avais laissée de côté depuis quelques temps, écouter le silence…

Quand quelqu’un était près de moi, c’est comme si je ne m’autorisais pas, comme si l’autre prenait toute la place et que je m’empêchais d’exister… J’aurais aimé être autrement, rayonnante, sociable, joyeuse, disponible… Je me sentais tout le contraire !

Une fois de plus, je n’avais pas su écouter mon besoin de solitude qui s’imposait depuis plusieurs mois… Pourquoi ? 

Pour continuer de fonctionner « normalement » ? Pour avoir l’impression d’être « normale » ? Mais qu’est-ce que la normalité ? 

Je me rendais péniblement compte que la bienveillance que j’avais cru développer envers moi-même ces dernières années était toujours aussi fragile… Et pourtant, il y a quelques temps, je n’aurais pas pu écrire ces lignes en imaginant les partager !

Aline m’avait dit « prends ton ordi et vas‑y ! », ce que j’avais fait, mais j’aurais voulu partager une histoire, quelque chose de « présentable », de poétique, à l’image de ce que je sens en moi. 

Au lieu de cela tout ce qui venait parlait de moi et de mes difficultés… 

#ffa400;">Un extrait de « Pense à sourire » le magazine de Pourpenser que vous pouvez télécharger gratuitement#ffa400;"> sur le notre site. 

Extrait de :
Pense à sourire N°7

Découvrez les autres titres édités chez Pourpenser Editions sur le partage

Le jardin partagé 

Le jardin partagé, un album jeunesse sur la coopération, la solidarité, le partage. 

Le singe et la pêche

Le singe et la pêche, un conte drôle et poétique sur la cupidité, le partage des ressources et la différence entre besoin et envie…
Editions pour penser à l’endroit – www.pourpenser.fr
Le début d’une pause ?

Le début d’une pause ?

Lettre d’info de la 1ère semaine de confinement


Que pouvons-nous faire ?

imprévu
A la fois éloignés de tous et confinés avec nos plus proches, voici un changement de situation radical, qui laisse une large place à la créativité et à l' »utilisation » de nos énergies 😉
Généralement, nous trouvons l’énergie de la mise en route et de l’organisation. Aujourd’hui, nous devons aussi penser à la conserver sur un temps long. Prendre soin de nos énergies sera donc essentiel.
Comme pour beaucoup, nous avons réfléchi à ce que nous pouvions apporter dans cette période compliquée. Et, mine de rien, pour les enseignants et les personnes pratiquant l’instruction en famille, Pourpenser est souvent synonyme de ressources.
Cette période pourrait être un formidable moment de rencontres, d’échanges et de partages de vos connaissances, de vos trucs et astuces, que nous pourrions relayer ici.
Nous allons nous aussi ajouter régulièrement des ressources gratuites. Albert aimerait faire des contes en live régulièrement, Aline est en lien avec les auteur.e.s pour accueillir les projets qu’ils ou elles souhaitent partager librement.
En attendant, voici déjà quelques idées :

Quoi faire avec ses enfants à la maison ?

Notre rubrique gratuite :

Coloriage Paroles de fée 2017 - gratuitPrenez le temps de redécouvrir notre rubrique gratuite. 
Les cahiers créations : à partager sur les thèmes de la confiancele bonheurla bienveillancel’intuition. Proposition : un cahier par semaine.
Téléchargez les histoires à continuer ! Elles peuvent être utilisées plusieurs fois, seul ou à plusieurs.
Cette semaine, un nouveau Pense à sourire devrait aussi arriver.

Sur le web :

Mathieu Genelle est podcasteur, et raconte des histoires pour enfants. Sur son blogtaleming.com une mine de ressources et une liste collaborative pour « occuper ses enfants ». Vous y trouverez d’excellents podcasts pour enfants (comme encore une histoire), des audios de culture (comme les Odyssées), du contenu en anglais, des conseils d’albums musicaux, des coups de coeur de lecture, des vidéos à regarder, des chaînes youtube pour les pré-ados (et nous autres ;-).
Découvrez aussi de nombreuses ressources scolaires, des liens vers des sites d’activités pédagogiques (maths, histoire, français, langues). Des ressources pour des activités ludiques, physiques ou méditatives, et pleins d’autres idées !
N’hésitez pas à aller farfouiller dans les commentaires, vous y trouverez d’autres bonnes idées déjà testées par des parents !

Sur les réseaux sociaux :

La page facebook BLOG de Monsieur Mathieu NDL un butinage impressionnant des ressources disponibles sur le net !
Enfin, n’hésitez pas à partager sur notre page facebook, ou par retour de mail, vos trouvailles, vos idées, etc. Nous les diffuserons !

Et pour les enseignants ?

Jolies phrases paroles de fée
Nous avons d’abord envie de vous dire que rien n’est grave et tout est important.
Au cours de cette période, certains élèves vont suivre ou apprendre, parce que les parents sont motivés, qu’ils ont les ressources, l’énergie, le matériel necessaire, d’autres suivront moins, voire pas du tout. Et parmi vous, certains seront à l’aise avec ce système à distance, d’autres pas. Car ils devront en priorité prendre soin d’eux, de leur environnement personnel, de leur énergie.
Nous trouvons que l’essentiel consiste à trouver l’équilibre, son équilibre, sans stress. Si vous n’arrivez pas à appliquer les directives, car vous devez prendre soin de vous, nous trouvons que c’est une bonne chose et nous vous soutenons dans tous les cas !
La deuxième chose que nous trouvons importante dans ce travail à distance, c’est la question de la création de liens, de garder le lien du groupe classe. Comment retrouver l’énergie de groupe et les liens alors que nous ne sommes plus sur le même lieu  ?
Quelques idées :

Réaliser une une histoire à plusieurs

Joséphine tout
Lancer un début d’histoire à un enfant qui va la continuer. Puis, le lendemain, un autre enfant prend le relais, etc. Vous pouvez aussi faire des groupes (de 4 ou 5) pour faire tourner plus vite l’histoire. 
L’enfant peut faire une image, un dessin de son texte. 
Chaque enfant a le projet une fois dans la semaine.
Au retour en classe, vous aurez plaisir à découvrir les textes. !
Attention :
  1. Dire à l’enfant la place qu’il a dans l’histoire. S’il est au milieu par exemple, il ne doit pas terminer l’histoire, et doit mettre un suspense à la fin de son texte.
  2. Les enfants doivent avoir pour objectif de conserver une cohérence.
  3. Pour chaque projet, changer les groupes d’enfants.
  4. Un enfant qui finit une histoire doit être au milieu ou au début d’une autre.
Début d’histoire 1 :
Il y a bien longtemps de cela, vivait dans une lointaine forêt une toute petite souris que l’on appelait Mère Grisette.
Certes, elle n’était pas bien grosse, mais ses petits yeux brillants laissaient deviner une intelligence hors du commun.
Tout le monde venait la voir pour lui demander conseil et, quand je dis tout le monde… je dis bien tout le monde, c’est-à-dire les animaux comme les humains, les fées comme les lutins.
Moi-même, je lui ai demandé conseil plus d’une fois.
Un beau jour, alors que le vent soufflait, que la neige tombait à gros flocons et que le brouillard envahissait plaines et collines, Mère Grisette, assise près d’un bon feu de cheminée, entendit frapper à sa porte.

Début d’histoire 2 :

Il était une fois, au fond des bois, une petite fée qui s’appelait Manon. Elle vivait là, dans un jolie petite cabane recouverte de mousse et de lierre, une jolie cabane toute verte…
Toute verte et toute pleine. Manon adorait ramasser des jolies choses dans les bois. Des racines toutes tordues, des fleurs séchées, de jolis marrons tout brillants et bien d’autres choses encore. Comme tout ça ne suffisait pas, Manon adorait récupérer chez des amis tout ce qui ne servait pas : de vieilles machines à coudre, de vieux livres ou de vieux cadres. « Ce sont mes trésors ! » disait-elle en parlant de tout ce bric à bac.
Bref, quand on entrait chez Manon la fée, on se demandait comment autant de choses pouvaient tenir dans une si petite cabane.

Début d’histoire 3 (pour les plus grands) :

chapitre 1 :
Je me glissai sous ma couette pour essayer de me réchauffer. Ce n’était pas chose aisée vu le froid glacial qui régnait dans la maison. Depuis quelques jours, le froid se faisait de plus en plus tenace. La vieille chaudière rouillée avait rendu l’âme depuis bien longtemps. De toute façon, on n’aurait pas eu grand chose à mettre dedans. Le seul bois que nous avions tenait dans les deux paniers posés près de la cheminée, et nous le gardions pour cuisiner le peu de vivres que nous avions trouvé dans la maison.
– Fais-moi une place, Tony, murmura Lulu en se glissant près de moi.
– Non, mais ça va pas des fois, on n’a que 13 ans !
– Il fait trop froid pour faire des manières.
Elle n’avait pas tort, à deux c’était mieux. Tant pis pour l’intimité. Là, c’était presque une question de survie.
En plus, Lulu, je l’aime. Alors l’avoir tout près de moi, ça ne me dérangeait pas trop.  Je sentais ses pieds froids sur mes jambes, et je la respirais, ça me réchauffait le cœur.
– Demain, on sera quand ?
– Demain, je crois. Crois-tu que c’est le froid qui nous bloque ici ? 
– Je ne sais pas. Ça fait presque deux semaines que les jours se suivent. Ça faisait longtemps que ce n’était pas arrivé. 
– Tu crois qu’on va rester comme ça, ici, toute notre vie ?
– Si c’est le cas, on n’y restera pas bien longtemps !
– Que veux-tu dire ?
– Nous mourrons de froid ou de faim, fit Lulu en haussant les épaules, fataliste.
– Oui… tu as raison. C’est pour ça qu’il faut qu’on continue de creuser.
On se pelotonna sous la couette pour essayer de dormir. Ces derniers jours, Lulu m’avait appris à dormir malgré la peur.
– De toute façon, m’avait-elle dit, moins tu dors, plus tu as peur. Il faut juste que tu veilles avant de t’endormir à appuyer sur le bouton rouge.
– Le bouton rouge ? 
Comme un idiot, j’avais regardé autour de moi, cherchant en vain le bouton.
Elle avait ri de son petit rire clair, un rire sans méchanceté.
– C’est un signal d’alarme. on en a tous un, intégré. Moi, quand je ferme les yeux, mon bouton rouge est en haut à droite. Et toi ?
Je la regardais bêtement, sans répondre.
– Eh ! Pas la peine de me dévisager. Le bouton, il est à l’intérieur de ma tête…, précisa-t-elle. Bon… je vois…
Elle avait dit ces trois derniers mots sur le ton de quelqu’un qui regarde son vieux frigo pourri : on ne peut plus rien faire pour lui… Il est bon pour la casse, on pourra peut-être récupérer quelques pièces et recycler le reste. 
– J’ai très bien compris, répliquais-je vexé. Mon bouton rouge est en haut à gauche.
Et depuis ce jour, j’ai appris à dormir malgré ma peur. Au moment de me coucher, j’appuie sur ce bouton et je sais que si quelque chose d’anormal se passe, je me réveillerai. 
Ça n’enlève pas la peur, et ça ne m’aide pas à savoir quel jour sera demain, mais au moins je dors un peu, accompagné par le tic tac du réveil rouge.

Un projet de blog !

C’est le moment de se mettre au numérique ! Des solutions simples, comme Wix, existent. 
Vous pouvez créer des rubriques de partage avec des recettes de cuisine, un livre à lire, une musique à écouter, poèmes, dessins, documentaires, etc.
Organisez le blog de la classe !
Envoyez de belles pensées !
Pensée positive Tu es formidableVous avez le philo-famille, le mémo-philo, mais vous trouverez aussi plein de belles pensées positives un peu partout (dans nos gratuits aussi ;-)).
Envoyez chaque matin aux enfants, à vos élèves par mail, sms, une image avec une pensée positive !
Dans la même idée, créer des listes de 5 élèves sur une semaine. Chacun devenant « Ange gardien » de l’autre pour une journée. Ils ont pour mission d’envoyer un mot, une pensée positive, un compliment, un dessin, à l’autre, par mail, sms, etc. Chaque jour, le destinataire de l’élève change. Ainsi, chaque jour, chaque élève recoit une pensée et en diffuse une. A la fin de la semaine, chacun a été en contact avec les 4 autres.
La semaine suivante, on change les groupes. A la fin de la période de confinement, chacun aura reçu au moins une pensée de tous et aura envoyé une pensée à chacun !

Témoignage…

Je voulais vous apporter mon témoignage famillial. A l’annonce du confinement, nous nous sommes bien organisés. Il fallait que l’on se rassure, et donc avoir une visibilité. Alors, nous avons organisé la corona-scool, un kanban des activités, des rendez-vous réguliers… Bref tout semblait parfait.
Sur le premier jour, tout fut presque parfait. Le troisième jour, les premières tensions apparurent. Et oui, c’était déjà hier… Alors nous nous sommes encore réunis, en nous disant : « Nous avons tous des tâches à faire, mais la première de toute, c’est celle d’être bien ensemble. Nous allons vivre ensemble pendant une période longue 24h/24, notre première mission est de ne pas laisser les tensions arriver ». 
Nous avons repris les bases, la manière dont on se parle, l’attention que l’on porte à chacun, le reste étant secondaire, voire tertiaire.
Pour l’instant, tout est parfait… Jusqu’à J+3 où nous apporterons de nouvelles corrections nécessaires 😉
Bon confinement à tous !
Dominique
Si cette rubrique vous a plu, dites-le-nous, transmettez ce mail, partagez ! 
Continuez à nous partager vos idées, sur notre page facebook, ou par retour de mail !
Editions pour penser à l’endroit – www.pourpenser.fr
coin-coin, flip-flap, cocotte, salière…

coin-coin, flip-flap, cocotte, salière…

3 cadeaux à télécharger !

Si vous nous croisez sur les salons, sans doute avez-vous remarqué ces pliages que nous donnons.
En voici trois, que nous vous proposons en téléchargement.

Et si vous ne vous rappelez plus le pliage, le voici expliqué pas à pas sur le site de PetitesTetes.com

Pour télécharger, les fichiers PDF en haute définition, il vous suffit de cliquer sur l’image !

Le flip-flap des Petites Pensées N°5 :

Le flip-flap du mémo petite Terre :

Le flip-flap des Petits souhaits magiques :

Editions pour penser à l’endroit – www.pourpenser.fr
Thème : Overlay par Kaira. Hébergement Yunohost
www.pourpenser.fr